Notre position sur les autres maladies touchant la race

cb51e6bf-76e6-b664-f5c7-a1f0696e69aa

Nanisme hypophysaire :

Un chien malade du nanisme ne peut se reproduire et décède en général en bas âge. Le cheptel comprend donc des individus sains et des individus porteurs-sains.

Deux individus porteurs-sains mariés entre eux engendreront statistiquement un chiot sur quatre atteint de nanisme (donc, approximativement, 25% de la portée condamnée).

Il est, de ce fait, nécessaire que l’un des deux individus d’un mariage (au moins) soit testé négatif (SAIN) pour le nanisme hypophysaire pour pouvoir accoupler deux chiens-loups de Saarloos entre eux, sous peine de voir naitre (et mourir) les chiots atteints.

Tous nos reproducteurs sont testés génétiquement
pour le nanisme hypophysaire.

Atrophie progressive de la rétine

Il est actuellement impossible de prévoir si un chien va être touché ou non par l’APR. Toutefois, il est nécessaire de n’utiliser dans l’élevage que des individus ne présentant pas cette pathologie.

Tous nos reproducteurs en activité sont contrôlés
au minimum tous les 2 ans
(selon les directives du CSCLS / SCSW)

Dysplasie de la hanche

Il est interdit, en Suisse, de faire reproduire un sujet dont les hanches n’obtiennent pas le qualificatif A ou B. Les sujets de degré C peuvent être accouplés à des sujets de degré A (cf. RE du CSCLS / SCSW).

Tous nos reproducteurs sont radiographiés.

Dysplasie du coude

Il est interdit, en Suisse (cf. RE du CSCLS / SCSW), de faire reproduire un sujet dont les coudes n’obtiennent pas le qualificatif “0” ou “1”.

Tous nos reproducteurs sont radiographiés.

Dentition

En Suisse, la dentition est contrôlée lors de la sélection d’élevage.

WhiteBoard

unnamed (6)

“Aimer les chiens, c’est aimer en eux ce que nous, les humains, avons de plus sûr et de meilleur “

Madeleine Chapsal