Mon parcours

unnamed (1)

Avant d’être une passionnée du loup à la poursuite d’un fantasme, je suis une passionnée du chien à la recherche de complexité.

L’enfance

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les animaux.
J’ai grandi dans une famille à qui j’ai imposé cette passion depuis mon plus jeune âge, ramassant et soignant patiemment tout petit être blessé que je pouvais trouver sur ma route. Ni chien, ni chat à la maison, à mon grand désespoir ! Toutefois, mes parents ont accepté au fil des ans, bien malgré eux, et sans nul doute par amour pour leur incorrigible fille, une ribambelle de rongeurs destructeurs, poules, poissons, grenouilles et lézards, ainsi que divers pensionnaires canins de toutes races.

Puis, à l’adolescence, je me trouvai une activité de choix : m’occuper de ceux des autres. Pas de négociation compliquée et des tas de nouveaux amis à quatre pattes. Stages en cliniques vétérinaires, bénévolat en parcs animaliers, virée à la ferme après l’école, garde de meutes de sibériens… Nombreux sont ceux qui ont eu la gentillesse et la patience de partager leur bonheur, leurs connaissances et leur passion avec moi.

Le Dogue Allemand

cf63c42b-854e-41e4-9524-8e27dc192c7a

Mon parcours dans le dogue allemand commença tout à fait par hasard, au détour d’un chemin, lorsque je croisai pour la première fois l’un de ces géants au cœur d’or : Patch de la Vallée du Prieuré, avec sa maîtresse Béatrice, devenue une amie très chère.

La passion était née et n’allait plus me quitter. Ce fut ensuite Madeleine Steffen, de l’élevage « of Shannon House » (voir rubrique “liens”), qui me permit de faire mes armes en expositions et en élevage, partageant ses connaissances et son expérience et m’accordant une grande confiance avec ses chiens. Je lui en suis très reconnaissante, aujourd’hui encore. Je sais que tu liras ces lignes, alors : MERCI Mad.

Le cheval

unnamed (2)

N’ayant pas eu la chance de pouvoir prendre des cours d’équitation et vu mon goût prononcé pour les chevaux, il a bien fallu que j’apprenne à monter ! Ce que j’ai commencé à faire, de mon propre chef, aux alentours de mes douze ans.

S’en sont suivies de nombreuses années d’anecdotes épiques en tous genres. On ne s’improvise pas cavalière…

unnamed (1)

J’ai acquis ma première jument assez jeune et c’est grâce à elle que mon adolescence fut plutôt campagnarde qu’urbaine et plutôt sérieuse que délurée (il fallait bien l’entretenir, donc travailler à côté des études).

Le cheval est resté et restera toujours dans ma vie une source intarissable d’énergie, d’équilibre, de bonheur intense et de nombreux soucis !

Le Chien-Loup de Saarloos

58e868b0-a48d-e664-f14b-81a8a4964b50

Aujourd’hui, je sais qu’il était impossible que je passe à côté du chien-loup de Saarloos. Partager ma vie avec eux (et les chevaux) m’est devenu indispensable. J’ai toujours été particulièrement attirée par les races primitives et lupoïdes ; j’avais eu l’occasion de rencontrer, de loin, quelques chiens-loups par le passé.

Les conditions nécessaires n’étant pas réunies, il m’a fallu attendre une bonne dizaine d’années pour être enfin prête à accueillir mon premier Saarloos et c’est Béatrice Collin qui m’a accordé sa confiance en me permettant d’acquérir ma merveilleuse Frigg d’Emozioni Breizh. Frigg n’a pas conquis que mon cœur, elle a aussi fait germer en moi la vocation de tenter (à mon humble niveau) de faire quelque chose de positif pour cette race, qu’elle m’a appris à tant aimer…

Puis ce fut le tour de notre merveilleux rouquin, Ahti, qui nous a rejoints en septembre 2011, d’Héliopolis, cette fille d’Equinoxe tant attendue, que nous sommes allés chercher au mois de février chez Canens Africae, et enfin d’Ipanema, issue d’un fabuleux mariage du même élevage et arrivée en Suisse au mois de juin 2013.

Professionnellement

a98d0c30-a7ea-b6b4-d1c8-ed7ef4d2ab91

J’ai longtemps cru être passée à côté de ma vocation. Je ne me voyais que vétérinaire. J’ai mis un certain temps à trouver l’équilibre entre ma passion et mon métier. J’ai travaillé dans divers domaines en rapport avec le monde animalier, tout particulièrement canin.

J’ai exploité durant plusieurs années un magasin d’alimentation et accessoires pour animaux domestiques, ce qui m’a donné l’occasion de développer mes connaissances, autant en nutrition qu’en détention appropriée du chien. A la même période, j’ai donné des cours de socialisation des chiots dans une société cynologique reconnue.

Puis, j’ai exercé la fonction de gardienne d’animaux dans un élevage de races nordiques et primitives, ce qui m’a permis de compléter beaucoup des connaissances pratiques qui me manquaient. Aujourd’hui, j’ai un travail stimulant, que j’ai la chance de pouvoir exercer essentiellement depuis la maison et une passion, dans laquelle j’investis beaucoup de mon temps libre et de mes revenus.

Je ne souhaite pas devoir vivre de l’élevage, non par peur des difficultés, mais parce que les choix qui me seraient alors imposés ne me conviendraient pas. J’aime l’idée d’une petite structure où les chiens vivent en harmonie avec nous, et la possibilité d’offrir très occasionnellement ce bonheur à d’autres, en faisant naître des chiots beaux, sains et bien dans leur tête.

WhiteBoard
 
unnamed (14)
” Si quelqu’un te dit que ce n’est qu’un chien, contente-toi de sourire, il ne peut pas comprendre. “