Le diagnostic véto via Facebook, vraie option ou fausse bonne idée ?

Article publié sur Facebook le 24.09.14, intitulé

“Le diagnostic différentiel sur Facebook pour éviter une consultation vétérinaire d’urgence : vraie option ou fausse bonne idée ?”

 ” Cartouche est tout bizarre depuis ce soir, il ne mange plus, n’arrive plus à faire pipi, et quand il se lève on dirait qu’il est bourré ! Je peux attendre demain pour aller chez le véto ou vous pensez que c’est urgent ? “

” T’inquiète pas trop, il est conscient, donc ça ne doit pas être un truc sérieux ! Donne lui 2 “Dafalgan” pour qu’il n’ait pas trop mal cette nuit et vas-y demain matin ; tiens-nous au courant surtout ! ”

******

” Pastille est rentré blessé au ventre cet après-midi, j’ai l’impression qu’il y a quelque chose qui sort par le trou, on dirait un bout d’intestins je crois, vous iriez consulter vous ? “

” Celui de ma grand-mère, il a eu ça aussi, c’est vraiment pas grave, il a vécu très vieux après. Remets tout dedans et fais tenir avec des steri-strips ou un pansement, ça devrait se refermer tout seul, la Nature est bien faite. Mais surtout, pense à bien désinfecter, c’est le plus important, et après quelques jours, mets du miel sur la plaie pour accélérer la cicatrisation. “

******

Billet d’humeur d’un mardi soir :

Cela fait des semaines que je me retiens de hurler par clavier interposé face aux demandes d’aide pour des problèmes de santé animale en tous genres (la dermato arrivant bien souvent en tête de liste). Fleurissant un peu partout sur les groupes, y compris ceux destinés au replacement d’animaux, aux lévriers en détresse ou aux amis des cochons d’Inde, elles sont généralement postées entre 22h et 3h du matin par des propriétaires qui hésitent à aller aux urgences (ou pas, parce que fauchés comme les blés, bébé qui dort, déjà en pyjama, lever à l’aube pour aller bosser, troisième urgence du mois avec ce p***in de chat, cette liste étant bien loin d’être exhaustive).

unnamed (3)

Les mieux conçues sont massivement documentées de photos pourries prises avec un téléphone portable pour que tout un chacun puisse dégainer sa science, le fruit de ses recherches sur Wikipedia ou le manuel du parfait vétérinaire en herbe.

Si vous y répondez NON et que vous vous plantez, le pauvre chiot beagle qui souffrait d’insuffisance respiratoire sera mort le lendemain matin par votre faute. Si vous répondez que OUI, un oeil crevé, c’est une urgence, et que le vétérinaire consulté affirme que l’énucléation du petit abyssin pouvait attendre le lendemain, ce sera trop cher et ce sera aussi votre faute. Donc, il faut commencer par ne pas y répondre, ou par répondre OUI. Tout d’abord parce qu’en général la plupart des gens réalisent que c’est grave à 3h du matin, et pas durant l’après-midi qui précède (allez savoir pourquoi). Ensuite, parce que quelqu’un qui s’inquiète d’une dégradation de l’état de Médor au milieu de la nuit a généralement une bonne raison de ne pas dormir.

Je me demande s’il existe autant de demandes de ce genre en médecine humaine. Il faudrait peut être envisager la création de groupes spécifiques : “La gastro-entérologie pour les nuls”, “Devenez cardiologue en 3 semaines”, “L’endocrinologie facile”, “Comment réaliser une césarienne chez soi avec de l’aspirine, un canif et du fil dentaire”, “Tout ce que vous devez savoir pour stopper un AVC par les plantes” etc…

Vétérinaire est un métier qui exige bon nombre d’années d’études, auxquelles peuvent s’ajouter diverses spécialisations, qui en rajoutent encore quelques unes. Les savants conseils donnés par de gentils propriétaires bien intentionnés (et surtout confortablement installés derrière leur clavier, une tasse de Darjeeling à la main) constituent, au delà d’un certain manque de considération pour cette profession, un grand risque pour les animaux qui en sont victimes.

unnamed (4)

Dans les conséquences désastreuses, on citera par exemple l’emploi irraisonné et dangereux de molécules pour humains ou le retard pris pour aller montrer Popeye, qui n’avait pas une gastro-entérite, mais une torsion d’estomac (R.I.P).

Récemment, un chien qui perdait ses poils et a fait l’objet d’une telle demande s’est retrouvé atteint de la quasi totalité des maladies connues, des plus bénignes aux plus graves, en passant par les plus improbables. Petit florilège (véridique) : teigne, gale, démodécie, carences alimentaires, piroplasmose, parasitose, mycose, dartres, allergie aux acariens, hypersensibilité à la viande de boeuf, cancer, problème de croissance, panier inadapté…

unnamed

Chacun des braves participants était tout à fait certain d’avoir posé le bon diagnostic, ayant vécu de près ou de loin une situation “en tous points similaire”.

Cet exemple suffit à illustrer à quel point des symptômes à priori ressemblants (au delà de leur description bien souvent totalement aléatoire) peuvent être le reflet de problématiques très différentes, et le danger qu’il y a à se faire conseiller, à conseiller et à chercher à économiser une consultation au prix de la vie de son chien (ou de l’une de ses pattes, ou de l’un de ses yeux, ou des deux, bref, vous m’avez comprise).

En cas de doute, voici un conseil applicable quelle que soit la situation, et qui remplacera efficacement tous les “diagnostics-clavier” du monde : Il vaut mieux dépenser quelques centaines de francs et passer une nuit blanche pour rien que de passer le restant de sa vie à s’en vouloir d’avoir attendu le lendemain matin…

WhiteBoard

unnamedG645J0QA

” Regarde ton chien dans les yeux et tu ne pourras pas affirmer qu’il n’a pas d’âme “

Victor Hugo